« Il faudrait presque faire mettre des chaussons aux visiteurs pour venir voir Vermeer. On ne peut pas voir Vermeer en faisant du bruit. Ce n’est pas pensable.  » 

Alfred Manessier ( 1983 )

Et pourtant … elle en fait du bruit cette exposition Vermeer au Louvre ! Véritable blockbuster,  » Vermeer et les maîtres de la peinture du genre  » est l’évènement de l’année culturelle 2017. Le défi de cette exposition ? Restituer Vermeer à son époque. Interroger l’image du supposé ovni et démontrer que Vermeer était un homme de son temps. Une tâche bien difficile tant l’image du solitaire  » sphinx de Delft  » – solitude inhérente au génie artistique –  est fermement accrochée à la légende Vermeer. Ainsi l’exposition interroge et révèle  l’admiration, la rivalité et l’inspiration mutuelle entre ces artistes du siècle d’or de la peinture hollandaise.

Néanmoins … il est difficile de contenir son oeil à une vue d’ensemble lorsqu’un tableau de Johannes Vermeer est dans la même pièce que vous. Il vous attire, vous hypnotise et vous fascine. Alors certes vous convenez les similitudes et les échos entre les chefs d’oeuvres des différents artistes. Mais le magnétisme semble être propre aux oeuvres de Vermeer. Une fois que vous vous l’avouez humblement vous plongez sans hésitation dans ces petits tableaux lumineux.

Il  y a en eux quelque chose d’apaisant pour l’oeil saturé de lumières technologiques criantes. La lumière crée par le pinceau de Vermeer semble elle salutaire et apaisante. Harmonieuse et lumineuse. Les reproductions numériques de ces oeuvres si célèbres semble si frustrées et frustrantes lorsque les originaux sont devant vous. Alors face à ces tableaux vous vous reposez. Vous nourrissez votre âme de cet intime quotidien sublimé par la force du pinceau et du regard. Et vous comprenez que certes,  Vermeer fut un peintre de son époque et de son milieu. Mais vous comprenez  également que la légende du sculpteur de lumière est loin d’être écornée.

 

Je vous invite à regarder cette vidéo concoctée par Elsa du blog Arts & Stuffs !

 

 

Pour aller plus loin …

 

Cycle de conférence  » Comprendre Vermeer, le  » sphinx de Delft  »  

Les jeudis 2, 9, 16 et 30 mars à 18h30 à l’auditorium du Louvre

2 mars : Des « drôleries » aux scènes d’intérieur : naissance et premiers développements de la peinture de genre dans les Pays – Bas ( par Sabine van Sprang, Musées Royaux des Beaux Arts de Belgique, Bruxelles )

9 mars :  » The Fabric of Society ». Fashion in the Republic 1650 – 1680 ( par Bianca du Mortier, Rijksmuseum, Amsterdam )

16 mars : La Laitière de Johannes Vermeer ( par Blaise Ducos, musée du Louvre )

30 mars : Les faux Vermeer ( par Jonathan Lopez, historien de l’art et écrivain, New York )

 

Infos pratiques

Cette exposition subit depuis son ouverture le mercredi 22 février une très forte fréquentation. En résulte des conditions de visite assez particulières.  Aussi, munissez vous de patience ! En effet l’accès à l’exposition nécessite la réservation d’un créneau horaire de visite à retirer sur place et le jour même.  Courage ! 

Dates  du 22 Février 2017 au 22 Mai 2017

Lieu  Hall Napoléon, sous la pyramide

Tarif Billet unique (collections permanentes et expositions) : 15€ sur place

Horaires Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.

Crédit photo de couverture : Johannes Vermeer, Femme à la balance ( détail ), @ Washington, National Gallery of Art.

 

Mise à jour !

Les premiers jours de l’exposition ont été très mouvementés ! Le musée du Louvre à par conséquent adapté sa politique d’accueil.  Dès le lundi 6 mars les visiteurs pourront réserver en ligne un créneau horaire d’entrée dans l’exposition limitant à 45 minutes l’attente maximum sous la pyramide !

 

 

 

Écrire un commentaire