Join Waitlist We will inform you when the product arrives in stock. Just leave your valid email address below.
Email We won't share your address with anybody else.

Il existe à Paris un cocoon de verdure et d’architecture au charme apaisant et singulier : le musée du quai Branly. C’est un lieu chargé d’histoire et de mystère situé sur les bords de Seine et qui attise la curiosité. Aller au musée du quai Branly, c’est comme … commencer un voyage. Lorsque j’ai été invitée à l’exposition Esthétiques de l’Amour, je me suis volontairement rendue au Musée en “néophyte”. Le nom de l’exposition, intriguant et élégant, était une belle promesse que je souhaitais pleine de mystères. Le voyage promettait d’être particulièrement passionnant. Mais parler du “Musée” nécessiterait un article complet! Aussi, je vous emmènerais directement avec moi sur la Mezzanine Est, là où commence l’exposition.

Alors … qu’est ce que l’amour? Ma foi, c’est une question bien vaste et je pense qu’il faudrait plus qu’une exposition pour le comprendre totalement! Mais l’Amour, ça, on peut le situer plus facilement : c’est un fleuve de Sibérie extrême orientale. Le fleuve Amour … impressionant, majestueux et fertile. C’est ici que se situe la source de cette exposition, de cette histoire et de ce voyage. En effet, l’exposition présente près de 150 oeuvres anciennes collectées dans le bassin du fleuve Amour, de Sakhaline et de l’île d’Hokkaido. D’une dimension esthétique exceptionnelle ces oeuvres nous racontent une relation émouvante et subtile entre les peuples de chasseurs pêcheurs profondément animistes et la nature qui les nourrit et les abrite.

Le visiteur découvre ainsi ces trésors au fil d’une exposition à la scénographie épurée et agréable. Les manteaux en peau de poisson sont les pièces les plus impressionnantes de cette collection. Rapportés par les voyageurs explorateurs du 19e siècle, ils sont d’une finesse et d’une complexité incroyable. On peut passer de longs quarts d’heure devant chaque pièce à admirer le travail de broderie et la créativité des motifs. Pour quiconque pratique un tant soit peu la couture, il n’est pas difficile de mesurer la force et l’émouvante délicatesse de ce travail de confection. Et quel étonnement lorsque l’on apprend la nature du matériaux usité! Je trouve qu’il y a quelque chose d’émouvant dans ces oeuvres anonymes. Le visiteur, s’il se laisse porter par les courbes sensuelles des motifs et les reflets fugaces des écailles fragiles, peut établir un dialogue et écouter l’histoire de ces peuples qui ont su vivre avec harmonie dans leur environnement. Un dialogue précieux aujourd’hui. Une re-connexion indispensable.

L’exposition fait également la part belle aux objets du quotidien magnifiés par un art décoratif fin et raffiné. Plats sculptés, boucles de ceinture, boîtes, étuis à briquets … leurs motifs complexes et symboliques sont des réelles sources d’inspiration. Présentés tels des parures de bijoux dans leurs écrins de verre, sortis de leur contexte initial (la vie quotidienne), ils prennent toute leur dimension esthétique. Un délice pour les yeux.

“Esthétiques” de l’Amour … l’exposition tient ses promesses. L’expérience sensorielle, visuelle est puissante et émouvante. Elle donne envie d’en savoir plus sur ces peuples à la culture harmonieuse, de se plonger dans les ouvrages du salon de lecture Jacques Kerchache, de zoomer sur les photos pour étudier les détails de sculpture et de broderie. La culture des peuples du bassin du fleuve Amour mérite amplement d’être mise en lumière aujourd’hui. Cette exposition est décidément une belle découverte qui nous révèle (et nous introduit à) de beaux mystères.

Gageons que le musée du quai Branly en a encore quelques uns en son sein …

© musée du quai Branly, photo Gautier Deblonde
© musée du quai Branly, photo Gautier Deblonde

 

© musée du quai Branly, photo Gautier Deblonde
© musée du quai Branly, photo Gautier Deblonde

 

© musée du quai Branly, photo Gautier Deblonde
© musée du quai Branly, photo Gautier Deblonde

 

© musée du quai Branly, photo Claude Germain
© musée du quai Branly, photo Claude Germain

 

© musée du quai Branly, photo Claude Germain
© musée du quai Branly, photo Claude Germain

 

 

 

© musée du quai Branly, photo Patrick Gries, Valérie Torre
© musée du quai Branly, photo Patrick Gries, Valérie Torre

 

© musée du quai Branly, photo Claude Germain
© musée du quai Branly, photo Claude Germain

 

© musée du quai Branly, photo Gautier Deblonde
© musée du quai Branly, photo Gautier Deblonde

 

 

© musée du quai Branly, photo Claude Germain
© musée du quai Branly, photo Claude Germain

 

© musée du quai Branly, photo Claude Germain
© musée du quai Branly, photo Claude Germain

 

 


Esthétiques de l’Amour, au Musée du Quai Branly. Jusqu’au 17 janvier 2016.