“J’ai défendu l’idée que l’exil peut engendrer de la rancoeur et du regret, mais aussi affûter le regard sur le monde. Ce qui a été laissé derrière soi peut inspirer de la mélancolie, mais aussi une nouvelle approche. Puisque, presque par définition, exil et mémoire sont des notions conjointes, c’est ce dont on se souvient et la manière dont on s’en souvient qui déterminent le regard porté sur le futur”

Edward Said in Réflexions sur l’exil et autres essais

« Ce film offre une perspective émouvante et perspicace sur la migration. Il nous rappelle que tout le monde est un migrant d’une manière ou d’une autre. Tout le monde doit être traité de manière équitable »

Maher Nasser (Nations Unies)

C’est l’histoire d’une jeune femme qui quitte son île natale pour trouver un avenir par delà les flots. Une histoire somme toute fort banale et intemporelle. Mais c’est bien connu, derrière les histoires sans histoires se cachent parfois de beaux récits. C’est le cas de celle ci. Ellis Lacey, l’héroïne de Brooklyn, quitte l’Irlande pour l’Amérique, ce vivier d’espoir pour tant de générations d’irlandais(e)s. En Irlande pour elle, pas de perspectives d’avenir. En Amérique, à Brooklyn plus précisément, l’attend un métier, un avenir et la vie aux cotés de différentes communautés. C’est le New York des fifties et Eilis voit les bonheurs d’une nouvelle existence succéder au mal de l’exil. Cet exil, c’est sa grande soeur qui la choisi pour elle. Mais la brutale réalité de la vie va l’amener à finalement choisir elle même le cours de son destin. Un choix déterminant entre une existence potentiellement agréable et rangée parmi les siens ou bien un avenir “neuf”, construit ailleurs et par elle même.

Brooklyn est un film à voir pour différentes raisons. Tout d’abord parce que c’est un film “beau”, agréable à regarder. Les costumes sont superbes et à la reconstitution historique sublime. Le jeu des acteurs est convaincant et le scénario quoique un peu convenu nous porte dans ce récit initiatique.

Outre sa puissante qualité esthétique, la force de Brooklyn réside également dans ses questionnements : L’exilé reste-il pour toujours une étranger entre deux rives? Quelle part de nous survit lorsque l’on s’intègre à une nouvelle société? Renonce t-on a son histoire quand on choisi un nouveau monde?

C’est à l’heure des choix que se révèle notre personnalité la plus profonde et notre force intérieure. Reste à savoir si notre histoire faite de ses pluralités, de ses doutes et de ses expériences nous renforce et nous permet d’avancer et de nous construire. C’est là le challenge d’Eilis … et de chacun d’entre nous.

 

– Bande Annonce –

 

– Les photos du film – 

©2015 Twentieth Century Fox
©2015 Twentieth Century Fox

 

©2015 Twentieth Century Fox
©2015 Twentieth Century Fox

 

 

@ Twentieth Century Fox
©2015 Twentieth Century Fox

 

 

@ Twentieth Century Fox
©2015 Twentieth Century Fox

 

©2015 Twentieth Century Fox
©2015 Twentieth Century Fox

 

 

©2015 Twentieth Century Fox
©2015 Twentieth Century Fox

 


 

Brooklyn, sortie française le 9 mars 2016 

Un film de John Crowley

Un scénario de Nick Hornby (d’après le roman de Colm Tóibín)

Nationalités : Irlandais, Britannique, Canadien

Distribution : Saoirse Ronan, Domhnall Gleeson, Emory Cohen …

 


 

2 Comments

  1. C’est vrai que les images sont sublimes… Et la thématique fait drôlement écho aux problématiques sociétales/identitaires qui sont les nôtres en France, ou en Europe en général. Tu m’as donné envie de le voir !

  2. c’est une belle article bien et une regard aiguiser faite par la dame. merci

Écrire un commentaire