” Le prince est resplendissant de diamants et de joyaux ; il s’assoit à l’indienne sur le coussin de velours et s’appuie sur un bouclier en peau de rhinocéros, transparente comme de l’ambre. ” 

Louis Rousselet, archéologue français décrit l’audience publique du Maharajah d’Udaipur au Rajasthan, 19 e siècle

S’il y a un fantasme occidental associé à l’Inde depuis des siècles, c’est bien celui des Maharajahs et des princesses indiennes croulants sous les perles et les pierres précieuses. Un mythe entretenu jusqu’a aujourd’hui par les productions bollywoodiennes! Or il s’avère parfois que la réalité l’emporte sur le mythe …

Ce n’est pas dans un grand palais indien mais plutôt au Grand Palais parisien que les amateurs de joaillerie et de culture indienne auront l’honneur et le plaisir d’admirer jusqu’au 5 juin  l’une des plus belles collections de joyaux du monde : la collection Al Thani. Forte de 300 pièces, cette collection constituée des plus beaux bijoux, diamants et autres perles de l’histoire indienne est réellement unique. Elle rassemble les plus beaux joyaux contemporains fabriqués en Inde et ceux fabriqués en Occident dans un style indien par de prestigieuses Maisons comme Cartier. Constituée par le cheikh Hamad bin Abdullah Al Thani, prince héritier du Qatar, cette collection à l’origine privée, est désormais publique … pour le plus grand plaisir de nos yeux émerveillés.

Une collection parfaitement mise en valeur par la scénographie choisie par le Grand Palais. S’inspirant des formes architecturales indiennes, elle offre un parfait écrin à ces pièces uniques. Un esthétisme qui confère à l’exposition un peu plus – si c’est possible – de magie et de beauté.

 

Outre la pure beauté des pièces présentées qui hypnotise celui qui les observe, l’attrait de cette exposition est la (re)découverte d’un aspect majeur de la culture indienne. En effet, les joyaux en sont une composante importante à travers l’histoire. Des princes indiens aux Grands Moghols, tous on su apprécier la valeur symbolique et réelle des ornements précieux. Pour les Princes indiens, porter une pierre précieuse relevait d’une véritable mystique. Par exemple, la spinelle, appelé également rubis balais était la pierre dynastique par excellence. Or le rubis symbolisait Surya, le Soleil. Le diamant, roi des pierres précieuses était lui associé à la caste des brahmanes. Les perles étaient quand à elles prisées pour leurs vertus protectrices. Les Princes Moghols, conquérants et souverains musulmans de l’Inde étaient eux fascinés par l’émeraude verte, couleur de l’Islam. Toutes ces pierres étaient également des symboles de pouvoir. Les joyaux soulignent en effet la magnificence des souverains indiens et leur place régalienne dans la société.

L’exposition au Grand Palais met également en avant le dialogue entre l’Orient et l’Occident autour de ces joyaux précieux. La haute joaillerie indienne entretient en effet des liens précieux avec l’Europe. Des joailliers français et italiens qui travaillaient pour les empereurs moghols dès le XVII e siècle aux Maharajahs modernes qui ont troqué le turban pour le haut de forme et la joaillerie traditionnelle pour des créations Boucheron ou Cartier. L’Europe inspire alors les monarques indiens et l’Inde inspire la création joaillière occidentale qui intègre les codes orientaux et ancestraux de la haute joaillerie indienne et succombe à une véritable ” indomania”.

C’est cette fantastique histoire que l’exposition Joyaux raconte grâce à une fantastique collection dans une scénographie fantastique. Vous l’avez compris, je suis fantastiquement conquise. Et je vous invite à plonger dans les éclats de ces joyaux mystérieux. En regardant bien, vous verrez dans leurs profondeurs les belles histoires et aventures qu’ils ont paré au cours des siècles …

L'exposition du grand palais

 

••••••

Des Grands Mogols aux Maharajahs, joyaux de la collection Al Thani, au Grand Palais jusqu’au 5 juin 2017

Découvrez la visite virtuelle de l’exposition 

Suivez le compte Instagram de la Collection Al Thani 

••••••

3 Comments

  1. Pingback: Des Joyaux pour les Maharajas – Doriane Baker

    • mm
      Atika Reply

      Merci beaucoup ! C’était une exposition sublime !

Écrire un commentaire